L’essentiel de l’aquabiking visite le salon VDI à Bayonne

L’essentiel de l’aquabiking s’est rendu au 1er salon de l’emploi indépendant, VDI, à Bayonne. L’activité de vendeur à domicile indépendant (VDI) est définie par la vente de produits ou de services au moyen du démarchage direct auprès de particuliers, ce qui exclut le démarchage par téléphone ou à distance. Elle est soumise à une réglementation particulière. Le vendeur à domicile peut avoir différents statuts. Faisons le point.

Définition du vendeur à domicile

Sont considérées comme vendeurs à domicile, les personnes qui effectuent par démarchage de personne à personne ou par réunions, à l’exclusion du démarchage par téléphone ou par tout moyen technique assimilable, auprès de particuliers, la vente de produits ou de services dans les conditions prévues par les articles L. 121-21 à L 121.-32 du code de la consommation et relatif à la protection des consommateurs en matière de démarchage et de vente à domicile.

schema-vente-directe

Activité réglementée

Le démarchage à domicile, appelé « porte à porte« , ou la vente en réunion consistent à proposer au consommateur de souscrire un contrat de vente, de location ou de prestation de services.

Le démarchage est soumis à une réglementation protectrice portant sur le contenu du contrat et les délais de rétractation.

Statut social

Il existe 3 statuts sociaux possibles pour le vendeur à domicile :

  • Le vendeur à domicile exerçant son activité de manière totalement indépendante, inscrit au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) ou au Registre Spécial des Agents Commerciaux (RSAC), relève du régime des Travailleurs Non Salariés (TNS), qui dépend du régime social des indépendants (RSI) : Il est non salarié pour le droit du travail ainsi que pour le droit de la Sécurité sociale.
  • Le vendeur à domicile exerçant son activité de manière indépendante mais ne remplissant pas les conditions sus visées pour être inscrit soit au registre du commerce (RCS) ou au registre spécial des agents commerciaux (RSAC) : Il est non salarié pour le droit du travail mais est assimilé à un salarié pour le droit de la Sécurité sociale.
  • Le vendeur à domicile exerçant son activité dans le cadre d’un lien de subordination vis à vis de l’entreprise qui l’emploie, lié à son employeur par un contrat de travail, relève du régime général de la Sécurité sociale. : Il est alors salarié à la fois pour le droit du travail et pour le droit de la Sécurité sociale.

Trois types de contrats

Le VDI lié à l’entreprise lui confie la vente de ses produits et services par contrat. Trois grands types de contrats sont possibles : VDI mandataire, VDI acheteur-vendeur et dans une bien moindre mesure VDI courtier.

• Le contrat VDI mandataire

Ce type de contrat couramment utilisé en franchise implique que l’entreprise (le mandant) donne au vendeur (le mandataire) le pouvoir de prendre des commandes au nom et pour le compte de l’entreprise. Dans la pratique, le contrat de mandataire est sans risque pour le VDI. Il n’a pas à acheter de marchandises puisque l’entreprise reste propriétaire de ses stocks. La rémunération du mandataire se fait par le biais d’une commission sur le chiffre d’affaire réalisé. Les cotisations sociales dues sont calculées sur la base des montants des commissions. Le mandat est défini et régi par les articles 1984 et suivants au Code civil. Les clauses du contrat doivent préciser entre autres, les modalités de la livraison des produits et les modalités du recueil des paiements.

• Le contrat VDI acheteur-vendeur

Ce type de contrat également très souvent utilisé en franchise implique que le VDI achète les produits ou les services à l’entreprise pour ensuite les revendre à un prix qu’il fixe librement dans la limite du prix maximum conseillé. Ce type de contrat implique que le VDI prend un risque financier au démarrage puisqu’il doit acheter les produits ou services de l’entreprise sans savoir s’il arrivera à les revendre… En contrepartie de cet investissement financier, la marge est souvent plus confortable pour le VDI d’autant plus que les franchiseurs pratiquent souvent un système de remise quantitative. La marge dégagée forme l’unique rémunération du VDI, il n’y a dans ce cas pas de commission. Les charges sociales sont calculées sur la base de la marge bénéficiaire dégagée.

• Le contrat VDI Courtier

Très peu utilisé en franchise, le contrat de courtier positionne le VDI comme un intermédiaire entre l’entreprise et son client. Dans la grande majorité des cas, c’est au courtier qu’il revient de conclure l’opération de vente ce qui implique que dans la pratique, le contrat de courtage se cumule avec un contrat de mandat.

Concrètement

Quelque soit le type de contrat conclu, celui-ci doit obligatoirement être formalisé par un écrit. Le document doit préciser les obligations réciproques de chacune des parties, mais aussi les conditions de rémunération, et une information détaillée sur les obligations et les droits du VDI en matière commerciale, fiscale et sociale.

Dans la très grande majorité des cas, et surtout en franchise, l’entreprise associe la signature du contrat avec une formation initiale sur les produits ou les services distribués, les techniques de commercialisation, ainsi que sur les aspects juridiques et déontologiques de la profession de vendeur (législation de la consommation).

Quels sont les avantages et inconvénients d’un VDI ?

Par rapport à un travail classique, les avantages du statut VDI sont nombreux :

  • Vous êtes indépendant. Pas de patron, pas de pression, vous travaillez selon votre besoin et vous gérez seul votre emploi du temps.
  • Vous pouvez vendre autant de produits que vous le voulez/pouvez. Vous pouvez proposer des parfums, des vêtements, toutes sortes de produits, du moment qu’ils ne se font pas concurrence.
  • Votre salaire dépendra de votre implication au travail. Donc, plus vous vous engagerez, plus vous obtiendrez de revenus.
  • Vous pouvez cumuler votre emploi, si vous en avez un, avec celui de VDI.
  • Vous pouvez exercer cet emploi comme première expérience ou durant votre chômage si vous ne travaillez pas.
  • Vous pouvez monter votre propre affaire si vous atteignez une certaine marge et si votre chiffre d’affaires le permet.

 

Par contre, le statut VDI ne comporte pas beaucoup d’inconvénients sauf pour le cas où vous serez acheteur-revendeur car les marges des produits sont limitées et vous ne pourrez donc pas fixer vous-même vos prix. À part cela,

être VDI reste un bon moyen pour commencer sa propre activité, à vous de faire le bon choix !

Le 1er salon de l’emploi indépendant à Bayonne

Le samedi 12 avril 2014, »L’essentiel de l’aquabiking » s’est rendu au 1er salon de l’emploi indépendant se déroulant au Lycée professionnel « Le Guichot », à Bayonne, organisé par Marie MOUNEYRES, Françoise PICARD, Fernand LOPES et Myriam DOREL GERNAIS.

L’objectif de ce salon consiste à présenter une autre façon d’entreprendre et d’aborder d’autres alternatives au marché de l’emploi.

Idéal pour tout public, pour les jeunes et moins jeunes recherchant l’indépendance professionnelle tout comme « L’essentiel de l’aquabiking ».

1er solon de l'emploi indépendant à BayonneIMG_3290

Différents secteurs d’activités y sont représentés, exposant leurs articles et leur savoir-faire :

  • Bien-êtreIMG_3288
  • Cosmétique
  • Lingerie
  • Culinaire
  • Téléphonie
  • Décoration
  • Parfumerie
  • Bijoux
  • Tupperware
  • Café
  • Web

« L’essentiel de l’aquabiking » a notamment rencontré :

  • Marie MOUNEYRES, Distributrice indépendante LIVEWAVEIMG_3318

IMG_3313

contact@bien-etre-quotidien.fr / www.livewave.com

  • Martine YVARD, Recrutement, management et formation NSE Sciences de la vie, NU SKINIMG_3298

myvard@hotmail.fr / www.martineyvard.nsedreams.com

  • Isabelle LAURENSON-RASO, Conseillère H2O AT HOME produits ménagers écologiques H2O et une gamme de cosmétique bio, sous la marque H2bioIMG_3300ilaurenson@club-internet.fr

 

  • Karen CARRERE, Ambassadrice Sud Ouest MAMIE & Co, Aliments, remèdes, soins et droguerie d’antan.

IMG_3294

IMG_3293

karen.ricarrere@gmail.com / www.mamieandco.fr

 

  • Annette USE, Conseillère STANHOME, Décoration, cosmétique, produits ménager

www.stanhome.fr

  • Marie-France CELHAIGUIBEL, Conseillère culinaire et Responsable recrutement TUPPERWARE

IMG_3301mfrance.tupperware@yahoo.fr

  • Gaël CIRENDINI, Distributeur de boissons, café, chocolats, thé vert …

IMG_3296gael.cirendini@orange.fr / www.gaelcafebienetre.organogold.com

  • Marie DEVOUCOUX, vendeuse à domicile indépendante CHARLOTT’ Lingerie

IMG_3303mcpdev@orange.fr

  • Fernand LOPES, Distributeur IT WORKS

IMG_3316

www.it-wrap.fr

Lors de ce salon nous avons rencontrer, discuter, échanger avec des professionnels investies dans leur démarche d’indépendance. Chacun trouvant leur voie, se déplaçant sur leur secteur géographique, parfois de grande envergure !

Fini le temps où la vente à domicile était à la fois désuète et réservée à une clientèle rurale. Plébiscité par une clientèle jeune et branchée, à la recherche de convivialité et d’une nouvelle manière d’acheter, le  » shopping à la maison  » fait un tabac.

Particulièrement prisée par les femmes qui totalisent 80 % des vendeurs à domicile, la vente à domicile représente une opportunité pour trouver un emploi ou engager une reconversion professionnelle.

Parmi les secteurs d’activités représentés lors de ce salon, nous avons constaté que 5 secteurs sortent du lot : Cosmétique et alimentation Bio, Lingerie, Bijoux et Relaxation/Bien-être.

Nous tenons particulièrement à remercier Marie MOUNEYRES, qui, en tant que Distributrice de LIVEWAVE, a co-organisé le salon et animé 4 conférences, gratuites !

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire